Carrosserie Le Francois a Caen: une nouvelle installation de Symach, la premiere in Normandie

Tout commence quand les parents d’Aurélie et Boris s’installent en 1982 avec une équipe de 2 compagnons. Spécialiste des grosses réparations, ils effectuent jusqu’à 250 mises sur le banc de redressage par an.
En 2006, au terme de leur carrière, Boris prend la décision de succéder à ses parents avec le soutien de sa femme Gaëlle.
« Constatant l’évolution du métier de la Carrosserie mais aussi l’évolution des attentes de nos clients, nous avons défini une nouvelle stratégie, et avons développé un partenariat avec les compagnies d’assurance ».
Pour ce faire, en 2007, ils déménagent la carrosserie dans la Zone industrielle de la Sphère à Hérouville Saint Clair, Caen, afin d’améliorer leur proximité et visibilité.
En 2013, Aurélie Le François, sœur de Boris, rejoint l’entreprise familiale. Aurélie apporte une nouvelle dimension à leur structure et leur a permis de passer d’une carrosserie artisanale à une entité professionnelle, organisée et structurée.
Ainsi, ils ont mis en place des process de production, de gestion, de qualité, et continuent à travailler au quotidien sur la carrosserie de demain, en tenant compte de l’évolution de l’automobile et des besoins de leurs clients.
« C’est alors que nous découvrons via YOUTUBE le process SYMACH avec la Fixline. Alors nous découvrons qu’il est possible d’industrialiser le modèle de réparation. Lors de notre visite de la société SYMACH et de la carrosserie Ambra, nous sommes définitivement convaincus de la puissance de la Fixline Symach », soutien Aurélie.
Ils travaillent alors sur l’implantation d’une Fixline dans leur atelier afin de réparer 50 véhicules par semaine à 5 productifs. Ainsi, ils vont orienter leurs réparations vers les loueurs, les flottes de véhicules, les marchands de VO afin de limiter leur partenariat avec les compagnies d’assurance.
« Aussi la Fixline nous permet de travailler confortablement et efficacement. Grace aux conseils de la société Symach lors de la formation. », affirme Boris Le François. « Nous ressentons dès les premières semaines les performances extraordinaires de cet outil. Nous pouvons alors envisager l’avenir plus sereinement dans un contexte où le marché de la réparation automobile se tend de jour en jour. »